Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Girouette hypersensible

Le traumatisme, 1

19 Février 2013, 12:12pm

Publié par Camille Sorel

Le traumatisme, 1

Traumatisme : événement qui a provoqué la mort ou de sérieuses blessures (ou qui impliquait une menace de mort ou de graves blessures) et qui a suscité une peur intense, un sentiment d'impuissance ou d'horreur.

Source : Sans blessures apparentes, blog de Jean Paul Mari

C'était un jour férié. Elle attendit d'entendre du bruit dans la cuisine pour le rejoindre. En silence, il préparait du café. Il avait le visage fermé, dur et le regard terrible.

Camille frissonna. Après presque dix ans de vie commune avec Paul, les chamailleries étaient si fréquentes qu'elles étaient devenues un mode de communication. Comme chien et chat, se plaisait-elle à remarquer, amusée. Aujourd'hui, il ne semblait pas que ce soit drôle. Comment sortir de cette dispute ridicule? Elle tenta d'amorcer la conversation en énonçant quelques banalités mais les sourcils froncés, la mâchoire serrée, il évitait son regard.

Tout à coup craintive, elle s'approcha de son mari, lui toucha le bras, et grimaça un sourire de sortie de crise, mi-contrit, mi-charmeur. Prodigieusement agacé par ce contact, il recula brusquement et se campa devant elle, un rictus de répulsion aux lèvres : "Ecoute. C'est fini entre nous. Je te quitte."

Quelque chose de glacial s'abatit. Ils avaient déjà rompu, après des conflits et parfois des drames bien plus douloureux que le malentendu de la veille. A chaque fois, bien que séparés, même en ayant déménagé loin de l'autre, ils étaient restés amis, chacun ne trouvant que chez l'autre la compréhension et l'intimité de l'âme soeur. Et les corps tremblants, ils s'étaient toujours retrouvés. Elle était très fière d'eux pour cela : cette capacité à surmonter les crises pour faire de leur couple un navire, certes abimé en mer, mais voguant dans la tempête.

Alors elle refusa. "Non. Tu ne me quittes pas! Je ne veux pas." Elle chercha dans ses yeux un indice, un reste de tendresse, un fragment d'amour à accrocher, et n'y trouva que froideur et mépris. Que s'était-il passé? Où était l'homme avec qui elle partageait tout? Elle voulut hurler : "Mais c'est moi, regarde-moi, je suis Camille, ta Camille, reconnais-moi, où es-tu parti?" et ne put que sangloter en psalmodiant "Mais je ne veux pas je ne veux pas..."

Elle se contractait de douleur, les pleurs lui firent perdre l'équilibre alors elle voulu s'accrocher à lui, dévastée par les larmes. Il la repoussa, elle tomba à genoux sur le sol, pliée en deux. Elle ne pouvait que répéter qu'elle ne voulait pas, ses mots étaient hachés par des hoquets quand elle entendit la voix de Paul, qui la regardait avec dégout, chose indigne jetée au sol :

"Ne te fatigue pas, je pars quand même."

Commenter cet article